top of page

Comparaison de la réactivité des déterminants glucidiques à réaction croisée grâce aux diagnostics

J. Dodds ; A. Cruz-Campos ; B. Braddock; E. Laderman Hycor Biomedical Inc, Garden Grove, États-Un


ISMA-RHINA 2022 : résumé de la session ISMA Flash avec Dr Beth Laderman, Directrice scientifique, vice-présidente Recherche et Développement chez HYCOR Biomedical !


Contexte

Jusqu’à 30 % de la population générale développe des IgE contre les déterminants glucidiques à réaction croisée (CCD) et risque d’obtenir des résultats faux positifs aux immunodosages d’IgE spécifiques (IgE). Pour limiter le risque de réactivité des CCD, le diagnostic résolu par les composants (CRD, component resolved diagnosis en anglais) grâce aux allergènes recombinants a été proposé en remplacement de l’analyse d’extraits complets contenant naturellement des éléments de CCD. Cependant, des études antérieures ont signalé un nombre important de résultats faussement élevés avec le diagnostic CRD sur des tests diagnostiques avec une phase de cellulose. Cette étude vise à comparer l’efficacité relative des composants recombinants dans la réduction de la prévalence de résultats faux positifs sur une plate-forme automatisée de tests IgE in vitro avec un support non cellulosique et l’autre comportant une phase de cellulose.


Méthode

Un total de 500 résultats rétrospectifs de reliquats d’échantillons anonymisés ont été analysés pour identifier les données discordantes entre NOVEOS® et les dispositifs prédicats. La présence d’IgE anti-CCD a été suspectée dans 45 échantillons, mais, en raison de leur disponibilité, seulement 37 échantillons ont été incubés avec le proglycan inhibiteur de CCD (PGB, proglycan CCD-blocker en anglais) MUXF-HSA (glycopeptides conjugués à de l’albumine humaine). Les échantillons ont été testés sur NOVEOS pour les composants recombinants non glycosylés de la pêche (rPru p 3), l’arachide (rAra h 2), la noisette (rCor a 1 PR-10) et du bouleau (rBet v 1, rBet v 2). Pour détecter la réactivité des CCD, deux mélanges avec des CCD connus ont été testés en parallèle avec les composants recombinants. 15 des 37 échantillons de sérum ont présenté une réactivité de l’IgE du CCD par rapport aux deux mélanges sur NOVEOS. Ils ont ensuite été testés avec et sans PGB sur ImmunoCAP à des fins de comparaison.


Résultats

8 des 15 échantillons ont présenté des résultats faux positifs lorsqu’ils ont été testés pour les 5 composants recombinants sur ImmunoCAP. Aucun résultat faux positif n’a été détecté lorsque ces échantillons ont été testés sur NOVEOS. Sur un total de 40 résultats (8 échantillons x 5 composants recombinants), l’interprétation de 31 résultats (77,5 %) est passée d’un résultat positif à négatif sur ImmunoCAP en présence de PGB avec un seuil de 0,35 kU/L.


Conclusion

La recommandation d’utiliser le diagnostic CRD pour les tests de IgE constitue une éventuelle solution concernant la fréquence des résultats faux positifs générés par les dosages à base d’extraits. Malgré l’utilisation d’allergènes recombinants exempts de CCD, le risque de résultats faux positifs pour le dosage des IgE demeure pour les analyses sur ImmunoCAP en raison de la phase solide en cellulose contenant des glycoprotéines. Cependant, la prévalence des résultats faux positifs résultant de l’interférence avec les CCD a été radicalement réduite lors des tests avec des composants recombinants sur NOVEOS, en raison de l’absence de support à base de cellulose.

Comments


bottom of page